OrBinah

(En français) Du discours sur les relations maroco-israéliennes. Entre réalisme rationnel et incantations idylliques

Du discours sur les relations maroco-israéliennes:

Entre réalisme rationnel et incantations idylliques

 

 

 

 

JE REITERE, PERSISTE ET SIGNE:

 

 

1-  Pour pouvoir s’inscrire dans l’optique d’un avenir réaliste, mu par une volonté commune de gagnant-gagnant à long terme, les relations entre le Maroc et Israël, et à travers elles les relations du Maroc avec la communauté juive d’origine marocaine dans le monde et notamment en Israël, doivent être bâties, au niveau du discours/récit accompagnant (académique, ou de simple communication si c’est vraiment nécessaire), sur un minimum de rationnel. Un rationnel qui, lui seul, est à même de transcender, aussi fortement que possible, l’éternelle dualité de récit, en parallèle ou par alternance, d’un enthousiasme idyllique passager selon la conjoncture et d’une tradition lacrymatoire bien ancrée quelle que soit la conjoncture, qui rabâche sans cesse aussi bien des faits que de la légende.

 

C’est là, la morale d’un texte en arabe, que j’avais posté dans mon blog OrBinah il y a un an, le  28 décembre 2020 sous le titre traduit de "De  la farce idyllique d’une coexistence symbiotique entre Juifs et Musulmans au Maroc".  Il s’agit d’un texte d’un document de contrat de transaction entre un Musulman et un Juif de la localité d’Ifran du Sud du Maroc, qui translitère  le texte du contrat dans un scripte arabe moderne. En voici le lien: https://orbinah.blog4ever.com/en-arabe-de-la-farce-idyllique-dune-coexistence-symbiotique-entre-juifs-et-musulmans-au-maroc

 

2-   Ayant partagé un lien vers ce texte sur ma page du réseau social Facebook, accompagné cette fois d’une image dudit document manuscrit à la même date (28 déc. 2020), ce réseau m’en a notifié le ‘Souvenir’ un an après, i.e. le 28 déc. 2021, et j’ai choisi de repartager la notification le même jour sur ma page FB. C’est à la suite de ce repartage que mon compte sur Facebook s’est trouvé bloqué le lendemain. La raison à cela, me semble-t-il  fut de ‘combattre le discours de la haine’.

En fait, le texte du manuscrit, rendu largement accessible grâce à ma translitération en script arabe moderne, commence ainsi (je traduis): [Le dhimmi maudit, Ya3ich ben Makhlouf  ben IsHaq as-Sabbagh, des Juifs du mellah du souk d’Ifran – que Dieu maudisse la communauté juive - a acquis par achat du vendeur, Monsieur Ibrahim ben Abdallah al-Adouzi al-Ifrani, la somme de deux palmiers dattiers... ]. Pour visualiser l’image du manuscrit, cliquer ICI

 

3-  J’avais posté ledit texte signalé ci-dessus, qui semble aller à contre-courant, à moins de deux mois de la date où, à l’invitation de M. Shimon Ohayon (Directeur du Dahan Center / Bar-Ilan University) - et malgré le fait que je ne me sente pas à l’aise avec le genre "déclaration" (surtout que je ne suis ni politicien ni journaliste) -  je n’ai pas hésité à répondre ‘Oui’ pour participer à une rencontre sur Zoom pour faire part de ma "Lecture personnelle dans la reprise des relations officielles entre le Maroc et Israël ",  et ce juste après la reprise officielle  des relation entre le Maroc et Israël (23 déc. 2020) et au moment où intellectuels et politiques attendaient encore que les courbes des COURANTS DE LA CONJONCTURE SOIENT BIEN DEFINIES ET FIXES pour s’engager dans des RECITS IDYLLIQUES FOLKLORIQUES EN PHASE AVEC LA CONJONCTURE.

Voici le lien vers le texte de cette ‘déclaration’ faite en hébreu que je parle d’une façon médiocre, mais avec des traductions en d’autres langues de plus grande accessibilité (français, arabe et berbère) :

"Lecture personnelle dans la reprise des relations officielles entre le Maroc et Israël"

(A Zoom meeting scheduled by Dahan Center for Feb 24, 2021 04:00 PM Jerusalem)

https://orbinah.blog4ever.com/en-hebreu-arabe-et-francais-lecture-personnelle-dans-la-reprise-des-relations-officielles-entre-le-maroc-et-israel-1

 

4-  En fait, la manière/attitude dont le manuscrit est écrit fut presqu’une formule standard quand il s’agit de transaction entre un Juif et un Musulman dans beaucoup d’endroits au Maroc selon la conjoncture de l’époque. La première fois où je suis tombé sur un document semblable au document dont le repartage sur Facebook a causé le blocage de mon compte sur ce réseau, qui date de 2006, remonte à 2010 lorsque, sur invitation de M. Moshe Bar-Asher (originaire de Ksar Essouk et Président de l’Académie de la langue héïque), j’ai fais partie d’une équipe internationale de 12 chercheurs, chargée de recenser le fond judéo-marocain de la bibliothèque de Yale University à New Haven (21-28 avril 2010). Là il s’agit de l’achat d’une maison à Marrakech.

 

Cette rencontre de travail au Centre Judaica de la bibliothèque de Yale University eut lieu juste un mois après la tenue du grand colloque international sur l’immigration judéo-nord-africaine organisée (Frédérik Abécassis, Karima Direch et Mohamed Elmedlaoui) par le Centre Jaques Berque de Rabat et le Conseil des Marocains Résident à l’Etranger (Idriss El-Yazami) en partenariat avec le Conseil National des Droits de l’Homme (Ahmed Harzeni) et tenue à Essaouira du 17 au 21 mars 2010. Voici un court texte en arabe sur ledit colloque: https://orbinah.blog4ever.com/en-arabe-quelques-verites-sur-le-colloque-d-essaouira-migrations-identite-et-modernisme-au-maghreb

 

C’était un colloque à l’organisation duquel aucune institution académique n’a accepté de participer, y compris l’Institut des Etudes Africaines et l’Institut Universitaire de la Recherche Scientifique qui était mon institution d’attache. Ces deux institutions sont revenues sur leur premier accord de principe à la suite d’une première rencontre sur le sujet, tenue à la Bibliothèque National du Royaume du Maroc, et où il a été fait savoir qu’on ne pouvait par tenir un tel colloque international sans la participation de tous les spécialistes, y compris les chercheurs israéliens. En plus, à deux reprises dans la dizaine de jours précédents la tenue du colloque, le seul marocain parmi les trois organisateur cités, à savoir l'auteur de ces lignes, qui a notamment pu avoir l’accord du  Conseil des Marocains Résident à l’Etranger et du Conseil National des Droits de l’Homme, a eu droit à deux coup de téléphone de menace de "verdict du peuple" de la part de quelqu’un qui s’était présenté comme "représentant du Hamas à Rabat" quoiqu’il parle un arabe marocain du terroir! Une affaire qui a fait l’objet, immédiatement en son temps, à une plainte formelle contre-X aup''rès du procureur du roi d’un tribunal de Rabat sans qu’il lui soit donné le moindre écho médiatique pour ne pas parasiter/compromettre la tenue du colloque. Les actes du colloque sortis en trois volume en 2012 sous le titre 'La bienvenue et l'adieu. Migrants juifs et musulmans au Maghreb XV-XX siècles' demeurent aujourd'hui la principale source en la matière. Pour une édition en ligne pour volume-3: https://books.openedition.org/cjb/124?lang=fr

 

5-  Il ne s’agit pas dans ce qui précède de simples digressions gratuites. Il s’y agit de rappeler un spécimen de la réalité de l’esprit qui couve sous les cendres après le souffle cataclysmique régional d’il y a juste un an (décembre 2020). Il est vrai que, le long des trois dernières décades, un autre vent avait commencé à souffler sur les esprits au Maroc notamment en ce qui concerne beaucoup de récits fondamentaux. Mais comme je l’ai bien brièvement signalé dans ma dite intervention sur Zoom sur invitation du Centre Dahan, ce n’est pas le discours de la COM. qui fut décisif dans ce processus d’évolution des mentalités. C’est plutôt le travail académique en lame de fond sous forme d’initiatives individuelles isolées de la part d’une infime communauté scientifique maîtrisant notamment l’hébreu qui, à travers ses publications en arabe et sa formation de nouvelle générations au sein de l’université, qui a profondément contribuer à faire  évoluer les esprits pour saisir les choses dans leur complexité multidimensionnelle. Des initiatives isolées qui attendent toujours à être institutionnalisées dans les curricula en connaissance des choses et non sous forme d’amateurisme opportuniste de circonstances comme ce fut récemment le cas dans un manuel scolaire (voir ICI).

 

Les dernières manifestations de cette action de fond est l’exploration de plus en plus consciente et méthodique de ce que je j’appelle "littérature marocaine d’expression hébraïque", une littérature  qui commence à faire l’objet d’une série de traduction en arabe (notamment les œuvres de Gabriel Ben Simhon et d’Asher Cnafo), la langue la plus ancrée dans les habitudes de lecture du large public au Maroc. A ce titre, j’ai bataillé il y a juste quelques mois, auprès de plusieurs maisons d’édition au Maroc (ainsi qu’auprès d’institutions et de personnalités) pour la publication  de deux ouvrages de l’écrivain Gabriel Ben Simhon, traduits dernièrement en arabe: le romain  המרוקאי האחרון/"Le dernier Marocain" et la pièce de théâtre  מלך מרוקאי/"Un roi marocain" ; mais en vain. Il est même curieux de voir que certains professionnels  que j’ai essayé de convaincre de publier ces ouvrages ont esquiver l’entreprise pour s’embarquer immédiatement par la suite dans des "organisations d’amitié X-Y" de grande visibilité médiatique qui s’inscrivent dans la mouvance de ce que j’ai appelé dans le paragraphe-1 ci-dessus "Idyllique d’une coexistence symbiotique entre Juifs et Musulmans au Maroc ".

 

Finalement, et pour revenir sur le point qui a déclenché la rédaction du présent texte, je dirais que quuel que soit la partie à l’origine du blocage de mon compte sur Face Book suite à un simple repartage d’un post FB datant du 28 décembre 2020 qui appelle à un peu plus de rationalisme en matière des relations communautaires au Maroc, en rappelant notamment un spécimen historique concret (le spécimen d’un contrat de vente entre un Juif et un Musulman), ce type de CENSURE ne peut qu’alimenter et redynamiser des REACTIONS TRADITIONNELLES CONTRE ‘X’. Cet ‘Xpeut être un Face Book qui se base sur l’action des robots à la chasse aux "mots-clefs",  automatiquement déclarés comme BANNIS au lieu d’engager/embaucher des lecteurs de contenus, et/ou un "sionisme international omniprésent et envahissant"  et/ou certaines "poches du Makhzen qui ne tolèrent qu’un discours en phase avec la conjoncture officielle" .

------------------------------

Mohamed Elmedlaoui

https://orbinah.blog4ever.com/m-elmedlaoui-publications-academiques

 

 



03/01/2022
3 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 323 autres membres