OrBinah

(En français). Synthèse sur l'état des études linguistique chamito-sémitiques (afro-asiatiques):1997

PREMIER CONGRES CHAMITO‑SEMITIQUE DE FEZ

 

(Fez 12-13 mars 1997)

 

Des concepts de 'système', 'typologie' et 'changement historique'

(Eléments de synthèse)*[i]

 

Par

Mohamed ELMEDLAOUI

Faculté des Lettres – Oujda

 

 

 

En guise d'enchaînement avec les idées exprimées dans le préambule d'appel de cette conférence (v. livret du programme), je compile dans les paragraphes qui suivent quelques idées exprimées auparavant par différents auteurs, et que je juge utile de réactualiser à cette occasion. Elles portent, au fond, sur le statut théorique des notions typologiques, de 'lois', de 'contrainte de système' et de 'pouvoir de prédiction' dans les études comparatives et diachroniques:

 

Dans une communication présentée en 1974 au Deuxième Congrès International de Linguistique Chamito-Sémitique, Petraek (1978) souligne la nature conséquente et raisonnée des données de la diachronie, ainsi que l'utilité des paramètres de la typologie, pour la linguistique chamito-sémitique, en ces termes:

 

«A cause des attaques de M. J. H. Greenberg et d'autres contre l'extrapolation des faits appartenant à la typologie linguistique dans le domaine de l'anthropologie (...), la méthodologie citée a perdu beaucoup de son prestige dans les études chamito sémitiques. C'est dommage parce que son utilisation prudente pourrait approfondir certains aspects de la famille chamito-sémitique, en général bien établie aujourd'hui» (Ibid. p. 55).

«Les faits typologiques servant à indiquer le dynamisme interne du système linguistique en question, touchent par là la reconstruction interne (...). Le caractère structurel de cette reconstruction (appel à un système) reste dans le cadre de la linguistique moderne qui souligne la conception du système non seulement dans la synchronie (depuis F. de Saussure et l'Ecole de Prague) mais aussi dans la diachronie (Jakobson 1931, ...)» Ibid. p. 58.

 

A défaut, tout de même, d'asseoir les notions de 'système' et/ou de 'contrainte de système', tant soulignées, sur la base d'un ensemble de LOIS CONCRETES, théoriquement cohérentes et formulées en termes de ce qui est possible et/ou de ce qui ne l'est pas comme structures et processus dans les langues naturelles, ces notions s'en trouveraient réduites à ce que Zaborski 1991 (p. 1676) résume dans le passage suivant, qu'il a formulé à propos de certains emplois qu'on fait parfois des termes 'système' et/ou 'contrainte':

 

«The idea of "Systemzwang", though not quite senseless, is simply too vague and rather mystical to be used seriously ...». Peu importe que ces LOIS CONCRETES portent les noms de 'systemzwang', de 'lois structurales', ou de 'principes et paramètres' (Chomsky & Lasnik 1993), ou encore de 'contraintes universelles' (v. Prince & Smolensky 1993; Paradis & Prunet 1993), du moment où l'on conçoit la typologie des langues comme une factorisation des différentes dispositions synchroniques observables, vis-à-vis de ces lois ou principes (v. Prince and Smolensky 1993:5), et qu'on est convaincus, après Jakobson (cité d'après Petraek Ibid. p 58; je (M.E) souligne), que:

 

«The typology of languages adds to our PREDICATIVE POWER, since, from a given synchronic system, certain developments will be highly likely, others have less probability and still others may be practically excluded».

 

Petraek explique à cet égard, en citant Jakobson toujours, que «notre force de prédiction trouve soutien dans les études typologique», puisque selon Jakobson (op cit.) «the structural laws of the system restrict the inventory of possible transitions from one state to another», et que, d'après Jakobson toujours, «this transitions are, we repeat, a part of the total linguistic code, a dynamic component of the over-all language system (Jakobson 1957, p. 10)» (cité par Petraek, op. cit.).

 

En se référant également à Jakobson (1929), c'est Paul Kiparsky (1995:654) qui, cette fois, partage les mêmes idées formulées dans le même langage, mais placées dans le cadre d'un système conceptuel un peu différent:

 

«Emphasizing that phonological structure cannot simply be an organization imposed ex post facto on the results of blind sound change, he (Jakobson) categorically rejected the neogrammarian doctrine in favor of a structure-governed conception (...). His basic thesis is that sound changes have an inherent direction ("elles vont selon des directions déternminées")».

 

Après avoir exposé les arguments de Jakobson, Kiparsky conclut en ces termes:

«Since it is human to read patterns into random events, it would be prudent to look at such arguments with a measure of suspicion. But the number and diversity of phonological processes collaborating to one end do make Jakobsons' case persuasive» (Kiparsky op. cit.). «Our conclusion so far is that the neogrammarians were right in regarding sound change as a process endogenous to language, (...). They were wrong, however, in believing that sound change per se, as a mechanism of change, is structure‑blind and random» (Ibid. p:659).

 

Petraek (1978:58), quant à lui, fait la conclusion suivante dans son article mentionné plus haut: «Il me semble, après tout ce qui a été dit en haut, que la linguistique chamito-sémitique ne doit pas redouter la typologie bien conçue et appliquée».

 

Que dire alors des cas où l'on a l'impression que ce que l'on redoute n'est autre chose que certaines appellations, heureuses ou malheureuses, que la sociologie des circuits et cercles d'échange dans le domaine de la recherche linguistique a fini par ériger en de véritables 'mots de passe' propres aux différentes chapelles d'idées. C'est cet état de choses, entre autres, me paraît-il, qui fait dire à Lionel Galand (1997:8), par exemple, ce qui suit:

 

«Chacun peut constater avec regret que la recherche linguistes, en berbère comme ailleurs, progresse sur deux voies qui ne se rejoignent pas (...). Il suffit de parcourir les bibliographies qui accompagnent chaque publication, pour vérifier que les générativistes ignorent le plus souvent les autres auteurs, au risque de découvrir des choses connues depuis longtemps, et que les autres auteurs ne lisent pas davantage les générativistes, se privant ainsi de descriptions intéressantes».

 

Dans le même ordre d'idées, Zaborski (1991:1675) dépeint le même état d'esprit, à propos d'un point particulier de la recherche linguistique chamito-sémitique, celui de la racine (chamito)sémitique:

 

«When we look at the history of the research devoted to this subject, it is both astonishing and upsetting to see how much work has been unnecessarily repeated, how many positive results have been neglected and at the same time how many sound hypotheses have been reduced ad absurdum (...). On the other hand, classical studies by medieval grammarians, both Arab and Jewish, have been, in most cases, either neglected or barely mentioned (usually only either Arab or Jewish) and never studied together in a systematic way».

 

Concernant le dernier aspect déploré par Zaborski, on ne peut effectivement que s'étonner, par exemple, de la maigre et pale image qu'on a brossée des idées linguistiques de ces anciens grammairiens arabes dans un ouvrage qui se veut 'de synthèse' dans le domaine de l'histoire des idées linguistiques du Moye Age tel que Giulio (1994), ainsi que de l'ignorance totale des travaux comparatifs des grammairiens juifs andalous tels Ibn Quraych ou Ibn Baron, de la part d'un autre ouvrage qui se veut également 'de synthèse' dans le domaine des idées linguistiques comparatives, à savoir De Mauro et al. 1990.

 

Il paraît donc, qu'au lieu d'épiloguer sur les mérites ou les insuffisances des différentes appellations propres aux différentes chapelles d'idées, il serait beaucoup plus intéressant pour les études linguistiques chamito‑sémitiques, de quelles mouvances qu'elles soient, d'œuvrer pour formuler, affiner et raffiner ces 'LOIS', ces 'SYSTEMZWANG', ces 'CONTRAINTES' et ces 'PRINCIPES', que tout le monde évoque volontiers, en leur donnant des contenus concrets à tous les niveaux (syntaxique, morphologique et phonologique) sur la base d'hypothèses sérieuses testées sur le terrain de la description et de la comparaison et scientifiquement réfutables par conséquent, au lieu de continuer d'invoquer, en credo, une existence mystique de certaines méta-conditions vaseuses.

 

Références

Chomsky, Noam  & Lasnik, H. 1993. The theory of principles and parameters. In Syntax: an international handbook of contemporary research. von Stechow, J. Jacobs A., Sternefeld, W. & Vennemann, T. (eds.). Berlin: De Gruyter.

 

De Mauro, Tullio and Lia Formigari (eds. 1990) Leibniz, Humboldt, and The Origins of Comparativisme. Studies in the Hisory Language Sciences. Vol. 49. John Benjamins Publishing Compagny. Amsterdam/Philadelphia.

 

Galand, Lionel (1997) "Les consonnes tendues du berbère et leur notation" ms. à paraître dans un volume d'hommage à Kaddour CADI.

 

Giulio, Lepschy (ed. 1994) The Eastern Traditions of Linguistics. Histoy of Linguistics. Vol. I. LongmanLinguistic Library. Longman, London,New York.

Greenberg, J.H. (1957) “The Nature and Use of Linguistic Typologies”.  IJAL. 223 (1957) p 68 ss.

 

Jakobson, Roman (1929) "Remarque sur l'évolution phonologique du russe comparée à celles des autres langues slaves". Travaux du Cercle Linguistique de Prague 2. Printed in Selected Writings, vol.1.

 

Jakobson, Roman (1931). "Prinzipien der historischen Pohologie", TCLP 4 (1931), pp 247‑267.

 

Jakobson, Roman (1957) "Typological Studies and their Contribution to Historical Linguistics". Pp 1‑11 (separat), in Reports for the Eighth International Congress of Linguistics. Oslo 5-9 August 1957, Suppl. 1957.

 

McMahon, April M.S. (1994). Understanding Language Change. Cambridge University Press.

 

Mounin, G. (1967; 3e éd. 1974). Histoire de la linguistique des origines au XX° ciècle. Presse .Universitaire de France.

 

Paradis, Carole & Jean-François Prunet (eds. 1993)  The Canadian Journal of Linguistics. 38(2). Spcial issiue: Constairnt‑based Theories in Multilinear Phonology.

 

Petraek, K (1978) "La typologie et la linguistique chamito‑sémitique". Pp 55‑61 in Atti del secondo congresso internazionale di linguistica camito-semitica, Frienze 16‑19 Aprile 1974, Instituto di linguistica e di lingua orientali. Universita di Firenze; 1978 (Quaderni di semististica. 5).

 

Prince, Alan & Paul Smolensky (1993) Optimality Theory: Constraint Interaction in Generative Grammar. ms. Rutgers University.

Kiparsky, paul (1995) "The Phonological Basis of Sound Change" Pp. 640-670 in John A. Goldsmith (ed.) The Handbook of Phonological Theory. Blakwell 1995.

 

Saenz‑Badillos, Angel (1993) A History of the Hebrew Language. Cambridge University Press.

 

Zaborski, Andrej (1991) "Biconsonantal Roots and Triconsonantal Root Variation in Semitic: Solutions and Prospects". Pp 1675‑1703 In Alan S. Kaye (ed.) Semitic Studies. In honor of Wolf Laslau on the occasion of his eighty‑fifth birthday. November 14th, 1991; vol. II. Otto Harrassowitz.Wiesbaden.

 

-------------------------------

[i] Texte paru en introduction à l’ouvrage suivant :

Elmedlaoui, Mohamed., Saïd Gafaïti et Fouad Saa (1998), éds. Actes du Premier Congrès Chamito-Sémitique de Fès. Publications de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Saïs-Fès.

------------------------

Pour un essai de mise en application des idées exprimées dans cette synthèse à l’étude de l’extension de la racine en chamito-sémitique (afro-asiatique), voir le texte suivant :

"Hypothèse théorique sur l’évolution de la racine en chamito‑sémitique"

https://orbinah.blog4ever.com/en-francais-hypothese-theorique-sur-l-extension-de-la-racine-en-chamito-semitique-afro-asiatique

 

================

Mohamed Elmedlaoui

https://orbinah.blog4ever.com/m-elmedlaoui-publications-academiques



16/04/2018
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 202 autres membres