OrBinah

Une catastrophe intellectuelle se prépare; elle s'intitule "Zeghloul Ennajjare"

Une catastrophe intellectuelle se prépare; elle s'intitule "Zeghloul Ennajjare"

 

                                                Mohamed Elmedlaoui

Au terme d'une longue série de relais email, j'ai reçu d'une connaissance à moi il y a moins d'une semaine un message qui a pour objet "Maths ???" et qui émane à l'origine du nom d'une dame dont l'adresse d'expéditeur n'avait pas été révélée. Pour la forme et sous le titre "La beauté des mathématiques", le message consiste en une série de tableaux d'opérations d'aditions et de multiplications régulières qui donnent lieu à des représentations graphiques symétriques de chiffres qui frappent l'imagination immédiate. Cela donne au message l'aspect d'une simple distraction amusante s'adressant à la curiosité générale d'un(e) ami(e) destinataire non versé(e)s dans les mathématiques, en lui exposant les propriétés des nombres naturels dans un système décimal.

Mais la morale finale du contenu du message, après maintes manipulations et démonstrations numérologiques, est de prouver par des démonstrations "mathématiques", que "C'est L'Amour de Dieu (Love of God) qui vous permettra de vous dépasser!". (v. https://orbinah.blog4ever.com/blog/lirarticle-162080-1275221.html ). Il s'agit donc d'un prêche habillé de maths.

Un nouveau mode de prêche (le New Preach)

Il s'agit là, en fait, d'un nouveau mode de prêche (daâwa) populaire et populiste qui, au lieu de faire usage d'intimidations traditionnelles tirées de la littérature de l'eschatologie d'outre tombe pour finir par proposer aux intimidé(e)s une recette de formules de prières pour le salut, ce nouveau mode s'adapte à la société de savoir et de triomphe de la science, en faisant un usage détourné des concepts et des catégories scientifiques pour arriver aux mêmes fins, mais avec un résultat collatéral cette fois-ci de déformation des habitudes de la rigueur de la pensée scientifique chez les destinataires impressionné(e)s par des jongleries de vraisemblance scientifique .

Cette mouvance était déjà assez sérieuse en Orient depuis les années 70s du siècle dernier avec des gens comme le Syrien feu Roshdi Fakkar par exemple, dans le sillage d'un Maurice Bucaille (La Bible, le Coran et la science).  Mais il parait qu'elle commence à affecter notre espace intellectuel et surtout académique au Maroc. Ainsi par exemple, le fameux prédicateur "scientiste" égyptien, Zaghloul Ennajjar, qui signe parfois ses nombreux articles et ouvrages de cette tendance en se réclamant d'une obscure affiliation à l'agence spatiale américaine NASA, vient d'être programmé pour répéter à la BNRM de Rabat le 11 mai 2009 à 17h une conférence sur Les miracles scientifiques (iîjaaz îilmii) dans le Coran et la Sunnah sous le titre wa l-bahri l-masjuur ("Et la mer gonglée/embrasée") et dont le texte est affiché depuis fort longtemps sur des dizaines de sites web de prêche.

Parmi ses fameux articles dans cette direction, il y en a un actuellement en ligne, auquel j'ai déjà réagi il y a dix ans par un article en arabe publié dans al-ahdath al-maghribia (Maroc) et qui est actuellement affiché ( http://www.ahewar.org/debat/show.art.asp?aid=107179 ). Ennajjar y prétend avoir détecté l'encodage numérologique du poids atomique du fer, à savoir 26, dans le nombre des versets de la sourate coranique qui porte le nom de cet élément naturel (al-hadiyd), à condition toute fois d'avaler une licence de passage, en acceptant une "petite" entorse faite à la tradition qui fixe le décompte des versets dans le Coran, et ce en comptant la basmalah (formule qu'on prononce pour commencer la lecture d'un passage du Coran) comme verset intégrant de la sourate, afin que les 25 versets de cette sourate deviennent 26 pour les besoins de la démonstration "scientifique".

En m'amusant avec mes rudiments d'initiation d'amateur aux méthodes de la guématria juive (i.e. exploitation des valeurs alphanumériques dans l'exégèse kabbalistique de la Bible hébraïque), j'ai fait remarquer dans mon article qu'une fois qu'on a fixé le chiffre qu'on cherche à obtenir pour les besoins de la démonstration, les différentes opérations de l'arithmétique (addition, multiplication, etc.), combinées aux valeurs alphanumériques des lettres des termes impliqués dans la démonstration, offrent une infinité de possibilités pour  cette obtention. Il suffit d'avoir l'adresse d'un prestidigitateur. Ainsi le chiffre 26, qui est le poids atomique du fer et que Ennajjar cherche à décoder dans le Coran au prix de l'entorse signalée, aurait pu être obtenu d'une façon plus élégante, et par conséquent plus fascinante pour les esprits faibles. Etant donné le système alphanumérique arabe et sémitique en général dit hisaab al-jummal et basé sur l'ordre des lettres A-b-j-d, h-w-z, h-T-y, k-l-m-n, etc. (A=1, b=2, j=3, … y=10, etc.), le chiffre 26 se trouverait alors encodé dans les lettres même du terme pour le fer en arabe,  à savoir hdyd  (h =8 + d=4 + y=10 + d=4). Cela aurait prouvé au passage et par ricoché que la langue arabe est une langue pas comme les autres en cela que son lexique a été prédestiné à révéler les vérités scientifiques qui ne se distinguent plus du message divin selon la nouvelle approche.

En plus, la sourate du Coran associe à l'élément du fer les deux qualificatifs de la Terreur et du Bien (ba'sun shadiid wa manaafiî); or ce sont là les qualités même de l'Eternel selon le Coran (shadiidu lîiqaab, ghafuufun rahiim) mais aussi dans la Bibile, où l'Eternel se proclame «Jéhovah, Jéhovah, Dieux clément et miséricordieux (…) conservant bonté de cœur à des milliers (…) mais en aucune façon n'exemptera de la punition, faisant venir la punition pour la faute des pères sur les fils et sur les petits-fils, sur la troisième génération et sur la quatrième génération.» (Exode 34, 6-7).

 

Plus significatif encore: le chiffre 26 est exactement la somme des valeurs alphanumériques des lettres du tétragramme hébraïque YHWH (10+5+6+5) qui est le Non ineffable de l'Eternel dans la Bible hébraïque, ce que la traduction française rend par JEHOVAH et qui, du fait que son Amour est le plus grand, fait le double du chiffre 13 qui est la valeur alphanumérique des lettres du nom pour "amour" en hébreu, à savoir AaHaBaH (1+5+2+5).

 

La numérologie est une vielle discipline d'exercices mathématiques. J'en ai lu un bon nombre d'ouvrages, dont un petit bouquin très intéressant: "Les nombres et leur mystères (André Warusfel. Points. 1961)". En plus de son intérêt de pur divertissement comme dans les jeux d'adresse et les jeux de cartes, la numérologie aiguise les aptitudes mentales de l'individu et surtout son sens de pouvoir envisager les choses observables (concrètes ou abstraites) autrement qu'à partir d'une perspective donnée par défaut par une pure tradition de l'éducation et de la culture. Mais, conjuguée aux différents systèmes alphanumériques (hébreu, arabe et/ou autres) ainsi qu'aux différents construits ou fragments d'une  pensée cabalistique déstructurée et décontextualisée et mise au service d'une idéologie, la numérologie devient un instrument efficace pour récupérer ceux qui ont "l'esprit mathématique" pour les gagner à la cause du monde du mystère en déformant précisément dans leurs esprits l'essence même de la dimension et de la démonstration mathématiques en leur donnant un caractère et une allure d'une kabbale fragmentaire de contrefaçon, désordonnée et sans fondements (pour une histoire de la cabbale: Dessarrollo historico e ideas basicas de la Cabala. Gershem Sholem. Riopiedras. 1988). En bref, c'est ce que Alain Sokal et Jean Bricmont (1995) appellent "Imposture intellectuelle", adapté ici aux particularités d'un background culturel et intellectuel particulier, celui d'une société arabo-islamique bloquée, et mis au service d'un new preach qui s'avère rapporteur, aussi bien pour la cause, en tant qu'entreprise sociopolitique, que pour le prédicateur lui-même qui y trouve dans cet exotisme intellectuel la voie d'une carrière "scientifique" assurant plus de vedettariat facile et de largesses "mécènes".

           

            Le problème ne réside pourtant pas dans ce que choisissent les individus comme plus court chemin vers un vedettariat rapporteur. Le problème c'est que la belle salle de conférence de la BNRM de Rabat était pleine à craquer le lundi 11 mai 2009 devant le professeur de géologie, Zaghloul Ennajjar, pendant que celui-ci déployait ses dons d'orateur prêcheur à coup d'arguments "scientifiques" relevant des sciences de la Terre et du Cosmos, sur le fond d'une projection en data show d'un documentaire intimidant sur les activités volcaniques embrasées des fonds marins, et ce pour démontrer le miracle scientifique du verset 6 de la sourate al-Tawr du Coran (wa al-bahri al-masjuur "et la mer gonflée/embrasée"). Pourtant, pas de monde intellectuel ni académique dans la salle, mais plutôt des officiels, entre autres un ministre d'Etat et l'ambassadeur d'Egypte en tête au premier rang. Le reste, c'est un  parterre dense d'étudiants et d'étudiantes élégamment voilées des facultés de sciences pour la grande majorité à en juger d'après les déclinations d'identité des poseurs/ses de questions.

Des questions d'étudiant(e)s émerveillé(e)s qui vont, selon la spécialisation de l'étudiant(e), de l'interrogation sur les miracles scientifiques du Coran en matière de la constitution de l'eau (H2O) à l'interrogation sur ses miracles scientifiques en matière de diététique ou en sciences de communication, ou encore des questions qui expriment des soucis sur l'avenir de cette école de "renaissance scientifique et intellectuelle". A cette dernière question, le prédicateur scientiste a apporté une réponse réconfortante en annonçant notamment, et c'est là le point fort significatif, que plusieurs universités, notamment au Liban mais aussi ailleurs, ont maintenant franchi le pas institutionnel en lançant des filières ou départements pour former des jeunes dans le creuset de son école des miracles scientifique du Coran et de la Sunna.

On ne sait pas à quoi cette annonce d'institutionnalisation rime pour le pays hôte, Maroc, si l'on sait que le prédicateur a été invité grâce à une collaboration entre deux ministères du gouvernement marocain avec l'ambassade d'Egypte à Rabat. Est-ce là le début d'une réponse particulière et originale à apporter à la carence que constitue le vide terrible au niveau des curricula universitaires en matière des sciences philosophiques et épistémologiques nécessaires pour accompagner et bien asseoir le savoir scientifique du plan décennal Emergence pour la formation d'ingénieurs afin que ceux-ci et celles-ci ne finissent pas comme a fini le jeune ingénieur Hicham Doukali en essayant de se faire exploser à l'aide d'une bombonne de gaz à l'intérieur d'un autocar de vieux et vielles touristes le 13 août 2007 à la place Lehdim à Meknès? Ceci d'autant plus que les officiels présents, le ministre d'Etat en tête se sont précipités au terme de la conférence pour prendre un photo pour la presse autour de la vedette des miracles scientifique du Coran.

Il paraît qu'une catastrophe intellectuelle se prépare, plus grave encore que se que l'on constate déjà: alors que la semaine dernière, lors des agoras des journées 6-8 mai 2009 tenues à la même salle de la BNRM pour débattre sur le thème de "Religion et politique; Sous le signe Ibn Rochd" (Averroès), cette salle n'était animée que par  une assez légère audience toute d'un certain âge et constituée substantiellement de ressortissants étrangers et en l'absence encore une fois d'un monde intellectuel jadis médiatisé ainsi que des universitaires concernés, une absence bien soulignée d'ailleurs par le directeur de la BNRM au terme de ces journées, se sont les étudiants des facultés des sciences qui ont afflué massivement pour s'abreuver et s'imbiber du discours des miracles pour parfaire leur formation en tant que cadre du future proche. La présence des officiels au premier rang et leur précipitation à poser pour la presse avec la vedette des miracles pour annoncer la couleur de la conjoncture en cette période préélectorale où l'on sait qu'aucun geste n'est gratuit dans ces cercles, sont autant de signes qui consacrent cet afflux et réconfortent ainsi les jeunes dans leur chemin de quête désespérée pour donner un sens aux formules scientifiques qu'ils/elles apprennent par cœur sans arrière plan philosophique et de sciences humaines approprié.

 

Le cadre général de l'action Zeghloulienne

L'action de Zeghloul Ennajjar s'inscrit dans le cadre éducatif d'une vaste entreprise aux plans multiples. A travers un réseau de réseaux organisationnels signalé ci-après, il est en étroite relation avec le fameux Youssouf Alqardawi qui a choisi un jour Meknès  pour lancer sa fatwa autorisant conjoncturellement les Marocains à recourir, en cas de nécessité, au crédit logement, et ce pour se constituer en instance suprême de constitutionnalité des lois dans un pays musulman afin de pouvoir, par la suite, émettre des fatwas d'invalidation d'autres lois.

Zeghloul Ennajjar est président de la Commission des Miracles Scientifiques au sein du Conseil Supérieur des Affaires Islamique en Egypte, une commission qui émane de l'Instance pour les Miracles Scientifique dans le Coran et la Sunna IMSCS (http://www.nooran.org), créée en Arabie Saoudite par le Conseil Supérieur Mondial des Mosquées qui relève de la Ligue du Monde Musulman dont le siège est à la Mecque. Parmi les objectifs fixés par l'IMSCS ce qui suit (traduit de l'arabe):

(1… 2 …)

(3) "Lier les sciences de l'univers aux vérités de la foi et introduire les contenus des recherches réalisées [au sein de l'IMSCS] dans les programmes d'enseignement dans tous les établissements et à tous les niveaux", (4 …),

(5) "Orienter les programmes des miracles [scientifiques du Coran et de la Sunna] pour qu'ils deviennent un des instruments de prêche", (6 … - 13 …)

(14) "Intervenir auprès des responsables de l'enseignement privé et public des institutions d'enseignement et auprès des organisations islamiques concernées par les sciences et la culture afin qu'ils introduisent les recherches validées par cette instance dans les programmes d'enseignement dans les étapes appropriées des études",

(15) "Inciter les universités à offrir des possibilités et à encourager l'inscription dans des études supérieures dans le domaine des miracles scientifiques du Coran et de la Sunna et ce par l'octroi de bourses d'études.

C'est dans le cadre de cette stratégie (14 et 15) d'impliquer les officiels concernés de hautes instances au Maroc précisément, que lors du Premier Colloque au Maroc des Miracles Scientifiques du Coran et de la Sunna, tenu à Rabat les 27-28 novembre 2004, le représentant de l'Instance mère, le Saoudien, Abdallah Al-Qarni, qui avait notamment mené une étude "scientifique" sur la non dégradabilité du coccyx d'où l'être humain sera ressuscité selon un hadith du Prohpète, a émis son appel solennel à l'antenne marocaine de ladite instance en demandant formellement pas moins que ce qu'il exprime en ces termes:

"A mon avis, je propose à mes frères marocains la constitution d'un Conseil Consultatif auprès de l'Instance Marocaine pour les Miracles Scientifique dans le Coran et la Sunna, qui compterait parmi ses membres le Dr. Abbas Al-Jirari, Conseiller de Sa Majesté Mohamed VI, le président du Conseil des Oulémas de Rabat le Sheikh Abdallah Guedira, le recteur des Etudes Islamique (sic) fadiilat Mohamed Belbachir, le doyen de la Faculté des Science de Rabat et le Président de l'ISESCO, Dr. Touijri. (…) ceci n'est qu'une simple proposition et c'est à mes frères marocains de disposer selon leur propre point de vue".

 

Réalisations:

Parmi les grandes réalisations "scientifiques" de l'IMSCS dont les textes et les citations peuplent le web, les suivantes:

Une étude multidisciplinaire (physico-chimie et biologie) du coccyx (âujbu addhanab; âDem qqiw en arabe marocain), qui prouve la primauté fœtale de ce menu module du corps humain ainsi que sa non-dégradabilité en tant que "boîte noire" de l'être humain d'où celui-ci sera ressuscité dans son intégralité suite à un arrosage du ciel qui fera pousser son coccyx comme un grain de pois chiche, et ce en confirmation d'un hadith du Prophète,

Une étude d'exégèse et de numérologie qui prouve que le poids atomique du fer 26, est encodé dans sourate coranique "Le Fer" et que le fer n'est arrivé sur terre que par voie de météorites célestes, en confirmation de la même sourate, qui dit Nous avons fait descendre le fer,

Une étude d'exégèse illustrée qui tire argument de l'activité vocalique sous marine qui explique le vrai sens du verset de la sourate Al-Tawr qui dit wa l-bhri l-masjuur ("Et la mer gonflée/embrasée"),

Une étude géographique et magnétique qui prouve que La Mecque est le centre de La Terre aussi bien géographiquement (les distances par rapport aux autres points sur le globe) que sur le plan magnétique puisque sur sa latitude, le Nord géographique correspond au Nord magnétique, chose qui donne une base scientifique à la nécessité d'abandonner l'heure de Greenwich pour l'heure de La Mecque comme Temps Universel. A cet efet, on a déjà mis au point une montre qui, à la fois, désigne la direction de La Mecque et est réglée sur son Temps avec des aiguilles qui tournent de droite à gauche pour le haut comme un moulin à main au lieu de tourner de gauche à droite.

Paru également dans le magazine marocain Le Reporter et affiché dans sa version électronique le mardi, 26 Mai 2009 à la page: http://www.lereporter.ma/index.php?option=com_content&view=article&id=2219:une-catastrophe-intellectuelle-se-prepare-elle-sintitule-l-zeghloul-ennajjare-r&catid=81:politique&Itemid=198

 



12/05/2009
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 323 autres membres