OrBinah

(FR+AR) Colloque sur IZENZAR au festival TIMITAR (Juil.2009)

Si le texte plus en dessous en arabe ne s'affiche pas correctement, aller  vers la barre de menu en haut de la page, cliquer sur le bouton AFFICHAGE puis sur CODAGE, puis sur PLUS, puis sur

ARABE-Windows

 

 

 

Timitar-6 (Agadir ; 1-5 juillet 2009)

 

- Les rencontres " Musiques Amazighes et Musiques du Monde"

 

 

 

 

 

Le groupe Izenzaren

Et

Le développement de la musique amazighe  et marocaine

 

(Agadir, Salle de la wilaya, 01 juillet 2009 à 09h)

 

 

 

 

 

La production musicale est l’un des modules socioculturels par lesquels une communauté s’organise à travers ce qu’elle encode dans ses différentes formes, genres et discours comme valeurs codées qui deviennent des moyens de communication, d’auto identification et de mobilisation par conséquent. Dès le début des années 70s du siècle dernier, la scène musicale marocaine a connu l’émergence de ces formes connues par la suite par le générique de "Groupes musicaux" (Nas Al-Ghiwan, Ousman, Izenzar, Jil Jilala, etc.).

 

 

Ces développements de la scène musicale ont correspondu dans le temps à un contexte sociopolitique particulier et en servi de formes d’expression d’organisation symbolique sociale et de mobilisation. Ces changements continuent encore aujourd’hui avec la parution des groupes dits "Musique du boulevard" ou musique de la "Nouvelle scène". Ces changements sont liés à chaque fois aux mutations internationales en matière d’idiologie et de développement des médias d’une part,  mais aussi aux à la succession des générations et à l’évolution des structures et des équilibres sociologiques, économiques et politiques sur le plan national avec tout ce que cela implique au niveau de la participation dans la gestion de la responsabilité et de la répartition des biens matériels et symbolique sur les pans économiques, politiques, intellectuels et artistiques. Ils sont également liés aux rapports qui existent entre la participation sociales d’une part et les équilibres régionaux et identitaires d’autre part, ainsi qu’aux rapports entre ville et campagne et aux développements des grandes métropoles suite à l’exode rurale et à l’émigration en général.

 

 

Il est à remarquer par exemple en ce qui concerne ces évolutions sociologiques telles qu’elles se répercutent sur le plan des développements des formes musicales depuis le début du tournant de cette époque, que l’élément féminin, jadis présent au moins à travers le chœur dans les formations des rways (amazighophones) et des chanteurs (arabophones), est complètement absent des formations des nouveaux groupes musicaux. Il a par contre fait son apparition notable en se frayant le chemin de vedettariat individuel soit via un leadership d’une formation musicale soit via un vedettariat d’orchestres.

 

 

 

Quelles sont donc les caractéristiques qui caractérisent l’expérience des nouveaux groupes musicaux en ce qui concerne leur contexte d’apparition, leurs structures (structuration du groupe et distribution des rôles), leur organisation (contact avec le public, production et distribution), leur art (mélodie, rythmes et instruments), leur discours (source des paroles et leur contenu) et quelles sont les significations de toutes ces caractéristiques ?

 

C’est là un spécimen de la batterie de questions que la sixième édition des rencontres Musiques Amazighes et Musiques du Monde qui se tient dans le cadre du Festival Timitar-6 (1-5 juillet 2009) se propose de soulever en examinant plus précisément l’expérience du groupe musical Izenzaren et son rôle précurseur dans le développement de la musique amazighe en particulier et la musique marocaine en général. Il ne s’agit pas d’entrer dans l’historique des détails structuraux internes du groupe. Il s’agit plutôt de détecter les caractéristiques générales ainsi que les spécificités artistiques de ce groupe ainsi que les significations  sociologiques et ethnomusicologiques de ces caractéristiques et spécificités dans l’optique du type de questions soulevées plus haut. La focalisation  mise sur l’expérience du groupe en soi, n’empêche pas pour autant d’envisager une approche dans le cadre de son contexte social et historique général du groupe.

 

 

 

 

Mohamed Elmedlaoui (Insititut Universitaire de la Recherche Scientifique- Rabat), Directeur scientifique du colloque.

 

 

 

 

 

 

 

Programme :

 

08H30 : Accueil

 

09H00 : ouverture des travaux du colloque

 

 

 

Matinée, de 09H00  à 13H00 

 

 

Mohamed Elmedlaoui

 

Chercheur en linguistique et en culture amazighe, Rabat

«Pourquoi le groupe Izenzar comme thème de "Musiques Amazighes et Musiques du Monde" ?»

 

 

 

Musicologie, scènologie et organologie

 

Modération: Ahmed Sabir

 

 

 

Ahmed Aydoun 

 

Chercheur en musicologie - Rabat

 

 

«Tradition et modernité dans la musique amazighe, un rapport mitigé, l'expérience d'Izenzaren »

 

 

 

Mohamed El Idrissi 

 

Chercheur en musicologie; conservatoire d’Agadir.

 

 

«Interaction entre l’expérience des Izenzaren et la musique des rways du Sous»

 

 

 

Zohra Makach

 

Enseignant chercheur et dramaturge ; FLSH-Agadir

 

«Izezaren et la scène»

 

 

 

Lahcen Hira  

 

Enseignant chercheur en anthropologie ; FLSH-Mohammedia

 

«Taznzart : Rénovation des instruments de musique »

 

 

 

 

 

Ethnomusicologie et anthropologie

 

Modération : Abdellah Baida

 

 

 

Ahmed Sabir   

 

Enseignant chercher sur le patrimoine ; doyen de la FLSH-Agadir

 

«Izenzaren; le défi du retour»

 

 

 

Ahmed Assid   

 

Chercheur en histoire des idées et en culture amazighe; IRCAM

 

«Izenzaren ; le contexte et les dimensions du phénomène »

 

 

 

 

 

El Khatir Aboulkacem-Afulay 

 

Chercheur en anthropologie culturelle ; IRCAM

 

«A propos de l’émergence de la troupe Izenzaren ; contextes scoculturels»

 

 

 

Said Azeroual           

 

Chercheur en culture amazighe - Agadir

 

L’émergence du phénomène amazigh de "tazenzart"

 

 

 

13H30 : déjeuner

 

 

 

Après midi, de 15H00 à 18H00

 

 

 

Sémiologie et sémiotique des paroles

 

Modération: Ahmed Assid

 

 

 

Abdellah Baida   

 

Enseignant chercheur en littérature ; ENS-Rabat

 

«Izenzaren: une parole au-delà du Sud (Etude des paroles de quelques chansons d'Izenzaren)»

 

 

 

Mohammed Khattabi

 

Enseignant chercheur en littérature et en culture amazighe; FLSH-Agadir

 

«Izenzaren; action et réaction dans le contexte national et international»

 

 

 

Mohamed Khattaby

 

Poète amazighe et président du bureau régional du Syndicat Marocain des Profession Musicales - Agadir

 

«La question d’engagement chez les groupes musicaux amazighs ; le cas des Izenzaren»

 

 

 

Mohamed Moustaoui 

 

Poète amazighe et chercheur en culture amazighe

 

«Le groupe Izenzaren ; entre conformisme au dépassement»

 

 

 

-------------------------------------------------

 

 

 

مهرجان تيميتار-6 (أكادير 1-5 يوليوز 2009)

 

ملتقيات الموسيقى الأمازيغية وموسيقى العالم

 

 

 

 

 

مجموعة إيزنزار

 

وتطوير الموسيقى الأمازيغية

 

(نـــــدوة؛ أكادير 1 يوليوز 2009)

 

 

 

 

 

الإطـــار العـــام

 

الإنتاج والاستهلاك الموسيقيان من أهم المصوغات التي تنتظم من خلالها المجتمعات عبر ما تودعه في أشكالها وأجناسها وخطاباتها من قيم مرموزة تشكل وسيلة هامة من وسائل التواصل والانتماء والتعبئة. ولقد عرفت الساحة الموسيقية المغربية، مع بداية السبعينات من القرن الماضي، ظهور أشكال ما عُرف بـ"المجموعات الغنائية" (ناس الغيوان، أوسمان، إزنزار، جيل جيلالة، الخ.). ولقد اقترن ذلك الظهور بوضعية سوسيو-سياسية خاصة، فكان ظهور تلك الأشكال الموسيقية من بين أشكال التعبير والانتظام الرمزي الاجتماعي والتعبئة.

 

وقد استمر ذلك التحول إلى اليوم بظهور مجموعات ما عرف اليوم بـ"موسقى الشارع" (Musique du boulevard) أو موسيقى "الخشبة الجديدة" (Nouvelle scène). وكان التحول مرتبطا في كل مرة بالتحولات العالمية من جهة على مستويات الأيديولوجيا وتطور وسائل الاتصال، وبتعاقب الأجيال وتطور هياكل وبنيات التوازنات السوسيولوجية والاقتصادية والسياسية من جهة أخرى على الساحة الوطنية، وما يطرحه ذلك التعاقب وذلك التطور من قضايا تداول المسؤولية والخيرات المادية والرمزية على مختلف المستويات الاقتصادية والسياسية والفكرية والفنية؛ كما ارتبط ذلك التحول بمسألة شروط المشاركة الاجتماعية والتوازنات بين المكونات الهوياتية والجهوية، وكذا بعلاقة البادية بالحاضرة، وبتطور مكونات الحواضر الكبرى الناجمة عن الهجرة القروية، وكذلك بظاهرة الهجرة نحو الخارج.

 

ومن بين الملاحظات الجديرة بالاهتمام مثلا على مستوى التحولات السوسيولوجية كما تجلت تلك التحولاات على صعيد تطور الأشكال الموسيقية ابتداء من تلك الفترة المذكورة هو غياب العنصر النسوي شبه التام عن حظيرة تلك المجموعات الغنائية الجديدة، بعد أن كان حاضرا في فرق الروايس والمطربين رغم اقتصار دوره على الترديد، بينما عاد ذلك العنصر إلى الظهور بالتدريج بعد ذلك سالكا مسلك النجومية الفردية عبر قيادات نسوية لفرقها الخاصة (الغناء الناطق بالأمازيغية) أو عن طريق اعتماد نجومية الطرب الفردي عبر الأوركيسترات (الغناء الناطق بالعربية).

 

فما هي الخصائص النشوئية (ظروف النشوء)، والبنيوية (الهيكلة وتوزيع الأدوار)، والتنظيمية (ظرفيات الالتقاء بالجمهور وتسويق الإنتاج)، والفنية (الألحان والإيقاعات والآلات) والخطابية (الكلمات ومصادرها ومضامينها) لتجربة المجموعات الموسيقية المغربية لنصف القرن الأخير، وما هي دلالات تلك الخصائص ؟

 

 

 

الموضوع الخاص: مجموعة إيزنزار

 

تلك عينة من الأسئلة التي تسعى الدورة السادسة لملتقى "الموسيقى الأمازيغية وموسيقى العالم" إلى تناولها ومحاولة الإجابة عن بعض أوجهها من خلال التركيز على نموذج مجموعة "إزنزار الغنائية" ودورها في ريادة التطورات الأخيرة للموسيقى الأمازيغية خاصة، والموسيقى المغربية عامة، وذلك من خلال الملتقى المقبل المزمع تنظيمه في إطار الأنشطة العلمية لمهرجان تيميتار المبرمج هذه السنة لما بين 1-5 من يوليوز 2009 بأكادير عشية الذكرى الخمسين لانبعاث هذه المدينة بعد خرابها بالزلزال. لا يتعلق الأمر هنا بالدخول في تفاصيل تاريخ قضايا الهيكلية الداخلية لمجموعة إزنزار بقدر ما يتعلق برصد الدلالات الفنية والسوسيولوجية والاثنوموسيقية العامة لتلك التجربة في عموميتها باعتبار نوعية القضايا العامة المشار إليها أعلاه على سبيل المثال لا الحصر؛ فإذا كان من المفيد وضع تجربة المجموعة في إطارها السوسيولوجي والتاريخي العام، فإن التركيز يتعبن أن يكون على التجربة نفسها في حد ذاتها ومن حيث خصوصياتها.

 

                                                                   محمد المدلاوي

 

 

 

محمد المدلاوي

 

المعهد الجامعي للبحث العلمي – الرباط

 

المسؤول العلمي للندوة

 

 

 

------------------------------------------------------------------------

 

Synthèse du colloque

 

Dans le cadre de la sixième édition du festival Timitar, un grand hommage a été rendu au légendaire groupe IZENZAREN à travers une création théâtrale intitulée : «  Izenzaren : un poème, un chant…un groupe toujours vivant », mise en scène par Abderrazak Zitouny et présentée par l’association Afak Sud le 30 juin à l’hôtel de ville à Agadir.

 

 

Le 1er juillet, un colloque a été tenu sur le thème : «Izenzaren et le développement de la musique Amazighe». Sous la direction scientifique de Mohamed El Medlaoui, ce colloque a vu la participation de plusieurs chercheurs et musicologues : Ahmed Aydoun , Lahsen Hira , Ahmed Assid, Ahmed Sabir, Mohamed El Idrissi , Abdellah Baida, El Khatir Aboulkacem-Afulay, Mohammed Khattabi, Mohamed Moustaoui, Said Azeroual, Mohamed Khattaby , Houcine Zgoura et Abdellah Chemli.

 

Lors de ce colloque, les interventions ont spécialement porté sur l’expérience du groupe Izenzaren d’après leur parcours, la particularité de leur texte et l’originalité de leur musique.

 

Cet hommage a particulièrement été marqué par la présence et la participation des membres du groupe : My Brahim Talibi, Hassan Bairi, Mohamed Hanafi et Jamal Zgoura ; qui ont apporté leur témoignage sur certaines étapes de leur parcours artistique.

 

 

Plusieurs recommandations ont été émises à l’issu de cet hommage :

 

-   La nécessité d’une forte mobilisation pour améliorer les conditions sociales des membres du groupe

 

-    La commémoration du nom de Izenzaren dans les espaces publiques

 

-    La création d’un espace culturel  dédié  à la légende du groupe Izenzaren

 

-    La publication des actes du colloque et la diffusion de la création théâtrale.

 

 

A signaler que l’association Timitar soutient également la sortie du nouvel album du groupe prévu dans les mois qui viennent et qui est très attendu par leurs fans.

--------------------------

 

Voir également, entre autres, une couverture de presse signée Mbark Achbani dans Libération (n° 5698 du 11 juillet 2009 / Libé+Eté).

 



19/05/2009
4 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 323 autres membres