OrBinah

Des prix pour booster la recherche scientifique au Maroc

 

Des prix pour booster la recherche scientifique


                                                                                       

La quatrième édition (salle de conférence de la Faculté de Médecine, jeudi 10 juin 2010) de la Journée de la Recherche Scientifique qu'organise l'Université Mohammed V-Souissi a été marquée cette année par une rubrique novatrice louable: la remise de plusieurs prix à plusieurs chercheurs de l'Université, femmes et hommes. Dans les document de la rencontre-cérémonie, on lit ceci:

«Suite au lancement cette année par le ministère de l'Education Nationale et de la Recherche Scientifique du plan d'urgence (�), l'Université Mohammed V-Souissi a lancé les prix suivants :

 

 

1)   Prix des meilleures thèses de doctorats,

2)   Prix de la meilleure structure de recherche de l'UM5S 

3)   Prix de la meilleure publication,

4)   Prix du meilleur projet R&D [Recherche et Développement] au profit du monde socio économique,

 

 

Ces prix couvrent les Sciences Humaines, Sociales et de l'Éducation, les Sciences Juridiques et Économiques, les Sciences de la Vie et de la Santé et les Sciences de Technologie, de l'Information et de l'Ingénieur.

Les objectifs de la création de ces prix (100.000, 70.000, 30.000 dirhams) se complètent les uns avec les autres sous les deux slogans : "Recherche scientifique de qualité" et "Émergence de centres d'excellence".  Par exemple, l'objectif du prix pour la meilleure publication se décline comme suit : «Soutenir, récompenser et mettre en lumière les travaux de recherche de l'UM5S et stimuler la production scientifique de l'Université dans le but de rehausser le niveau de production scientifique aussi bien en termes quantitatifs qu'en termes qualitatifs ».

 

 

Ainsi, parmi les objectifs de soutien et de récompense morale et matérielle, la contribution à la visibilité de la recherche de qualité est au centre de l'initiative. Il s'agit bien sûr d'une visibilité nationale qui contribuerait à la visibilité internationale en s'alignant sur elle à raison d'une intersection de champs d'au moins 90% pour être crédible, car cette dernière visibilité existe bel et bien et s'impose. Ses champs foisonnent de compétences marocaines et il n'est plus nécessaire de détenir les secrets bureaucratiques des organismes administratifs de gestion de la recherche pour y accéder. Si un tel rapport d'intersection entre les deux champs de visibilité n'est pas observé, de façon à ne réserver que 10% de différence entre eux pour certaines révélations, jeunes ou moins jeunes, qui peuvent toujours suspendre ici et là et qu'il serait bien de booster et de propulser un peu mais pas de doper, la sémiologie de la visibilité nationale aura un tout autre sens sur le plan de la crédibilité et par conséquent sur le plan des effets et des retombées. Tout un quidam peut maintenant avoir une idée assez précise de cette visibilité internationale en tapant tout simplement le nom du chercheur visé sur la fenêtre d'un moteur de recherche comme Google. Et si là les choses sont plus en vrac, puisque Google glanera, dans ce cas, graine et ivraie en faisant notamment état de toute sorte de médiatisation de presse et d'événementiel, il y a quand même des services plus spécialisés dans Google lui-même.

On a tout d'abord Google Books. Pour donner un exemple concret dans le domaine de  spécialisation de l'auteur de ces lignes, le domaine de la linguistique, les données de Google Books (http://books.google.fr), plus filtrées, mais toujours brutes (simple quantification dans le domaine), font par exemple état des chiffres suivants pour trois des nombreux linguistes marocains dont foisonne la toile, qui n'ont d'ailleurs rien avoir avec la cérémonie objet de ces lignes. Il s'agit des chiffres des publications recensées par Google Books, où les travaux du chercheur lambda auraient été cités, et ce jusqu'à la date du 12 juin 2010, ainsi que les références bibliographiques des dites citations (articles ou livres):

 

 

1)   Abdelkader Fassi Fehri (on tape le nom-prénom complets pour éviter les interférences de noms de familles) = 457,

2)   Ahmed Boukous = 379,

3)   Mohamed Elmedlaoui =  304

 

 

Ceci pour le brut et le quantitatif. Pour le qualitatif et le degré d'influence dans le domaine, il y a un autre filtre; c'est le 'Citations Gadjet Project Hosting on Google Code' (http://code.google.com/p/citations-gadget ). Cet engin calcule, récence les publications citées de l'auteur (article ou livre) et donne pour chaque publication le nombre de fois qu'elle a été citée. Il reflète par là l'influence que ladite publication a eue dans son domaine de spécialisation. Et il donne en même temps le score global de l'influence de l'auteur dans son domaine, nom pas en termes de nombre de titres mais en termes du rapport entre le nombre de titres et le score global des citations d'ensemble, dont ces titres on fait l'objet. En filtrant les données brutes concernant les trois chercheurs donnés en exemple, 'Citations Gadget' donne les chiffres suivants (le 12 juin 2010) :

 

 

a)  250 citations pour Mohamed Elmedlaoui pour seulement 5 publications parmi ce qu'il a publié en linguistique, sa publication la plus citée, i.e. la plus influente dans le domaine (phonologie), ayant recueilli 175 citations et la plus récente (un livre de 2008) ayant déjà fait l'objet de 5 citations en 2009, toutes américaines, dont l'une par Donca Steriade du Massachusetts Institute of Technology (Boston) et une autre par Bruce Hayes de l'UCLA (Californie).

b)  179 citations pour Abdelkader Fassi Fehri pour un total de 13 publications parmi ce qu'il a publié en linguistique, sa publication la plus citée ayant recueilli 72 citations,

c)   Une citation pour une publication pour Ahmed Boukous.

 

 

La fenêtre de recherche de Citations Gadget comprend deux champs, un à gauche pour l'auteur [author] et un autre à droite pour le filtrage [other]. La fonction de ce dernier est de permettre de filtrer toutes les publications éventuelles non pertinentes de l'auteur (un linguistique qui publie par exemple également en ethnomusicologie, en débat sociolinguistique ou en débat sur le développement durable, l'initiative nationale de développement humain, la condition de la femme, la gouvernance ou la régionalisation). Les résultats donnés plus haut, comme exemple, pour trois linguistes marocains, ont été obtenus en tapant le terme 'linguistics' comme filtre dans la fenêtre [other] de Citations Gadget. Cet engin qui ne détecte que les travaux cités est un garde-fou efficace qui réduit à sa juste valeur tout abus insignifiant pour la recherche. Il suffit parfois qu'on se trouve dans une position donnée pour qu'on se fasse publier gracieusement tout un tas  de titres, insignifiants pour la communauté de recherche, qui sommeillent sur les rayons et qui ne font qu'agrémenter des CVs et impressionner l'opinion profane dans le domaine.

 

Il ne s'agit nullement de vouloir tout 'anglo-saxoniser' nos grilles d'évaluation, mais la place qu'occupe la recherche anglo-saxon dans le monde d'aujourd'hui rends nécessaire l'établissement d'une hiérarchie dans le système de nos grilles d'évaluation si l'on veut rester fidèles à l'esprit slogans mêmes sous la marque desquels le concept même de l'évaluation est lancé.

Cette méthode est applicable à tous les chercheurs/domaines ; et à l'occasion des nominations de la quatrième édition de la Journée de la Recherche Scientifique de l'UM5S, tout un chacun peut donc non pas seulement s'amuser à satisfaire sa curiosité, mais chercher surtout à voir dans quelle mesure nos critères de mise en visibilité s'alignent sur les critères internationaux. Ainsi tout le monde s'initie à une forme plus crédible d'auto évaluation et contribuera en même temps à objectiver les évaluations institutionnelles nationales de recherche. La fausse modestie des uns, rejoignant toujours à cet égard la prétention des autres (tu as raison parce que je me tais), en cela que les deux attitudes ne font triompher que l'évaluation informelle à base d'opinion, il ne dois plus y avoir de gêne - sous couvert  d'une morale assez commode pour les uns - à ce que les pairs dans le domaine de la recherche fassent appel à des arbitrages qui ne vont pas toujours dans le sens de l'opinion. C'est une nouvelle éthique; celle où la compétitivité est pleinement assumée comme valeur morale, au lieu qu'elle soit neutralisée par le complot d'une alliance objective insolite entre la fausse modestie des débonnaires et l'insolence des téméraires.

Sur le plan institutionnel, il est capital d'être vigilant dans le passage d'un état négatif de platitude 'démocratique' qui nivelle tout le monde dans le domaine de la recherche par un système de blackout et de non dit (i.e. négation implicite de la différence de mérite) à un autre état positif où l'on institue l'évaluation pour présenter et mettre en avant devant le public ce qui est sensé être la crème de la matière grise d'une institution donnée de recherche pour une période donnée dans un domaine donnée. Surtout lorsque cette institution aspire à s'aligner sur les standards internationaux non pas seulement d'après les  compétences effectives de ses ressources humaines et d'après ses structures mais aussi en termes de procédure et critères formels et de leur application sur le terrain.

 

Le commencement est toujours décisif; parfois il est fatal parce que irréparable dans ses développement en cours de route. C'est le commencement qui définit le sens dans lequel la compétitivité s'oriente. Si le relationnel de toute sorte (personnel, corporatif, clientéliste, médiatique, etc.) a déjà fait des ravage par simple effet négatif à l'époque où sévissent la platitude et le nivellement égalitaristes, un système d'évaluation formelle avec des symbolismes cérémoniels de valorisation morale et/ou matériel risque d'être catastrophique et fatal s'il est mal préparé, car dans ce dernier cas, il risque tout simplement de booster encore plus les comportements relationalistes qui ont déjà fait des ravages.

 

Pour conclure, deux adages éthiques anglais dans le domaine:

1. Today's research, tomorrow's inspiration.

2. Publish or perish

----------------------

Un autre texte en rapport avec le précédent. Il examine le rapport entre la recherche dans les domaines sciences mathématiques et de la nature et la recherche en sciences de l'homme et de la société; c'est le suivant:

https://orbinah.blog4ever.com/blog/lire-article-162080-1314663-sciences_exactes_vs__sciences_humaines_et_gestion_.html

---------------------------


Mohamed Elmedlaoui  (linguiste sémitisant et berbérisant)

 

Institut Universitaire de la Recherche Scientifique

 

https://orbinah.blog4ever.com/m-elmedlaoui-publications-academiques

 



12/06/2010
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 244 autres membres